Marvejols Mende 43ème édition : voici la médaille 2015 !

 GetAttachment (2)                    GetAttachment (3) 

Et c’est un cadeau qui se mérite, car il faudra franchir la ligne d’arrivée pour recevoir ce trophée !

Cette année, la communauté des communes de l’Aubrac Lozérien nous offre cette belle récompense qui met à l’honneur la cascade du Déroc.
Nous vous attendons le dimanche 26 juillet, pour vous inscrire à votre tour, dans la légende…

Un petit mot sur notre partenaire et la cascade du Déroc :
Créée le 1er janvier 2008, la communauté de communes de l’Aubrac Lozérien regroupe les communes de Nasbinals, Grandvals, Malbouzon, Marchastel, Prinsuéjols et Recoules d’Aubrac. Cette communauté de communes s’étend sur une superficie de 19 482 ha et compte 1 188 habitants.
Véritable entité géographique, elle est l’outil indispensable au développement économique, social, environnemental et culturel de l’Aubrac lozérien. Ses projets s’inscrivent dans une politique d’attractivité territoriale attachée au respect des habitants, de l’environnement naturel, du patrimoine et des traditions tout en proposant des possibilités de développement, d’évolution et d’avenir.

La communauté des communes de l’Aubrac lozérien met à l’honneur pour la 43ème édition du semi-marathon Marvejols-Mende : la cascade du Déroc.

GetAttachment (1)               GetAttachment

Cette cascade constitue l’un des sites naturels les plus remarquables de l’Aubrac. Formée par l’exutoire du lac des Salhiens, elle se précipite depuis le rebord d’une falaise, ancienne coulée de lave, de basalte prismé. Elle retombe 32 mètres plus bas.
En terre d’Aubrac, cette cascade montre la beauté infinie de la nature. Faisant varier la lumière à l’infini, son filet d’eau apparaît comme un véritable enchantement parmi les autres éléments qui l’entourent. Sa beauté simple est mise en valeur par son association avec la force de la terre, des roches massives qui l’entourent ainsi que par le croisement des vents et des nuages. Près de la cascade, le calme et la sérénité nous envahissent. En hiver, prise sous la glace et figée par le froid, elle coupe le souffle à tous ceux qui s’en approchent. Elle s’admire à partir de son point le plus haut comme de son lieu de chute où l’on peut tenter de percer ses mystères … comme celui de la grotte qu’elle cache. Cette grotte, recouverte de prismes basaltiques dont la géométrie est unique. Découverte par le docteur Prunière, la légende nous révèle qu’elle servait de refuge aux brigands de grands chemins, aux coupe-gorges et aux détrousseurs de pèlerins empruntant les anciennes voies romaines et les chemins de Saint Jacques de Compostelle.